Sélectionner une page

Céphalées de tension : causes et solutions pour diminuer la douleur

par | Août 3, 2020

Cet article est le fruit de mon expérience avec les céphalées de tension et ses causes (j’en ai souffert pendant 4 ans). Mes discussions avec d’autres personnes qui ont ce problème sont aussi venus enrichir ma compréhension du problème et mon expertise.

Maintenant je suis soigné intégralement. À travers ce site, je souhaite vous aider à être libéré vous aussi. Cela dit,  j’ai conscience que c’est une maladie complexe. Mes conseils ne remplaçent pas ceux d’un spécialiste de santé. J’espère néanmoins qu’ils vous aideront dans votre chemin vers le mieux-être.

La principale cause des céphalées de tension

 

La principale cause des céphalées de tension est une somatisation des émotions négatives du corps (ex : stress, anxiété). Autrement dit, ces émotions se transforment en tension qui montent à la tête (par l’intermédiaire des muscles du cou ou non). C’est ce qui explique que les examens médicaux ne montrent rien comme cause physique et tangible de la douleur. En faite, sans que l’on s’en rende compte, l’origine de la douleur est émotionnelle et non physique.

Dans ce cas, une gestion profonde du stress et de l’anxiété permettra de diminuer les douleurs et leur fréquence. Les méthodes classiques recommandées peuvent être efficace, au moins à court terme (sophrologie, hypnose). 

Pour que les douleurs deviennent presque inexistantes, un travail encore plus profond est nécessaire (changement de certains comportements et traits de personnalités qui provoquent des douleurs). Une grande prise de recul intérieur sera aussi nécessaire.

Dans la plupart des autres cas, la cause des céphalées de tension est physique et sera identifiée lors d’examens médicaux (ex : IRM, radios).

Dans certains cas rares, elles peuvent aussi survenir suite à période d’abus de médicaments pour diminuer les douleurs. On parle aussi de « céphalées de rebond ».

 

Comment expliquer la montée de cette douleur ?

 

Pour la plupart des personnes, quand elles ressentent une émotion désagréable, celle-ci reste dans le corps, dans l’abdomen. Or, pour les personnes atteintes de céphalée de tension, elle monte à la tête sous la forme de tensions et de douleurs crâniennes. Comment expliquer ce lien ? L’hypothèse la plus avancée est que le corps s’est fragilisé après avoir subi un ou plusieurs évènements traumatisants. À ceci s’ajoute une sensibilité naturelle importante liée à des facteurs génétiques.

Ainsi, à partir de ce moment, le système nerveux central induit des douleurs pour protéger et informer la personne souffrante qu’il faut éviter ces situations à tout prix.  Le seuil de tolérance a diminué. La douleur apparaît beaucoup plus facilement.

Si vous souhaitez aller plus loin dans la compréhension de cette cause de céphalées de tension, je la détaille en profondeur dans le livre électronique disponible à partir du bouton ci-dessous.

Prendre conscience de ce lien de causalité pour moins souffrir

 

Une fois que l’on a compris la cause de nos douleurs, il devient plus facile de prendre conscience du processus d’apparition de la douleur. Cela permet d’avoir un plus grand recul sur le problème au quotidien. Normalement, cela aide à apaiser notre douleur. On devient plus tolérant et dans l’acceptation, sans résistance intérieur, sans jugement. La compréhension apaise et coupe court au cercle vicieux d’entretien de la douleur (qui provient d’émotions négatives ou d’un effort prolongé sans pause).

Les céphalées de tension sont une manifestation de notre personnalité. On ne pourra pas les faire disparaître complètement comme on ne peut pas changer la couleur de nos yeux.

Apprendre à observer la douleur, à la remarquer sans générer d’émotions négatives est une compétence indispensable pour gérer les céphalées de tension dans votre vie. Une fois maîtrisée, vous êtes au contrôle de vous-même. Même si la douleur ne diminue pas immédiatement, ce n’est pas grave, vous avez confiance en votre capacité à les gérer parfaitement. Ils ne vous « dépassent plus ». Ce contrôle intérieur s’amplifiera progressivement.

Néanmoins, il faut tout de même rester attentif à vos besoins pour ne pas vous faire du mal pour autant. C’est un juste équilibre à gérer individuellement. Dans tous les cas, on choisit d’ignorer la douleur, de l’observer sans y prêter attention.

Ainsi, même s’ils sont présents, cela n’a pas d’importance. Plus vous parviendrez à les ignorer, plus ils s’apaiseront. À l’inverse, le piège est d’y prêter trop attention, de se concentrer dessus au risque de les amplifier, de créer des émotions négatives qui augmenteront les douleurs (cercle vicieux).

 

Les conséquences positives de la compréhension du lien de causalité

 

À force de réaliser cette démarche consciente de prise de recul, vous devenez de plus en plus sensible aux mécanismes de votre corps et des ressentis intérieurs. Votre perception est plus subtile, plus précise. 

Nous devons apprendre à vivre avec cette tendance qu’à notre corps de créer des céphalées de tension. Pour autant, si vous suivez la bonne démarche, ils ne vous handicaperont plus du tout (j’ai la chance que cela soit mon cas maintenant). Enfin, je parle de chance mais il a fallu faire beaucoup de choses pour ne plus souffrir. 

Si il y a un point à retenir, c’est le suivant : l’objectif n’est pas de lutter contre la douleur mais bien de l’observer, de l’accueillir et de la laisser être à 100%. Une bonne gestion du corps et une compréhension approfondie de ce lien de causalité sont les deux clés fondamentales qui permettent d’apprendre à contrôler, à maîtriser les céphalées de tension et leurs causes. La prise de médicaments devient inutile quand vous obtenez ce contrôle de vous-même. Vous ne les verrez plus comme un problème, vous serez ne parfaite harmonie avec votre corps.

Réaliser un travail de développement spirituel : solution durable contre les céphalées de tension

 

Pour parvenir à les apaiser de votre propre chef, il est essentiel d’avoir un fort recul sur votre propre corps et les situations extérieurs. Plus vous parviendrez à prendre consciemment plusieurs pas en arrière mentalement, à laisser la douleur être dans la vastitude de votre intériorité, moins elle aura d’importance et d’emprise sur vous. Vous lui laissez l’espace d’être. Elle devient comme un nénuphar au milieu d’un vaste étang (votre intériorité). Plus vous parviendrez à lui donner de l’espace, moins elle accaparera votre attention.

Vivre ce recul intérieur n’est pas facile et requiert un développement spirituel progressif. Des approches de gestion de la douleur peuvent aussi aider à mieux comprendre ce mode de fonctionnement et les causes de vos céphalées de tension.

 

Comment faire pour être véritablement libéré des céphalées de tension ?

 

Selon moi, il est important de réaliser un travail de développement spirituel pour avoir accès à ce grand recul intérieur.

Je tiens tout de même à vous prévenir que la libération face aux céphalées de tension est un chemin difficile. Cette dernière s’accroît en fonction de la chronicité des céphalées de tension et de leur ancienneté. Plus vous souffrez souvent et depuis longtemps, plus il sera difficile d’en être libéré. Même des personnes qui souffrent depuis plusieurs années ont du mal à vraiment comprendre et maîtriser le problème. Personnellement, à titre informatif, il m’a fallu environ 2 ans à partir du moment où j’ai découvert les enseignements spirituels pour m’en sortir. Chaque personne, chaque parcours est différent. En tout cas, il y a un espoir et vous pouvez être soigné au fil du temps. Bientôt, vous ne les verrez plus comme un problème. C’est une véritable libération d’un esclave intérieur.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.