Sélectionner une page

Céphalées de tension et stress : 5 étapes pour mieux le gérer

par | Août 8, 2020

Le stress, l’anxiété et d’autres émotions négatives (fatigue, frustrations, angoisses) déclenchent souvent des céphalées de tension. Il génère de la tension et de la pression qui montent à la tête sous la forme de maux de têtes.

La question est donc : comment apprendre à gérer le stress pour diminuer l’apparition des céphalées de tension ?

 

La définition du stress

 

Avant tout chose, rappelons que le stress est créé suite au dépassement de la capacité adaptative du corps. Il est déclenché par ordre du cerveau et a pour vocation de nous aider à faire face à des situations ressentis comme challengeantes et difficiles.

C’est un phénomène naturel, instinctif et parfaitement normal. Nous n’avons pas de contrôle sur son apparition. Il se produit de manière automatique et inconsciente après analyse de la situation, de nos expériences passées et de nos capacités actuelles. Cela dit, nous pouvons apprendre à le gérer pour en diminuer l’impact.

Il y a donc trois solutions face à cette constatation :

-Diminuer la source de stress

-Augmenter nos capacités

-Gérer le stress

 

Ici, nous allons voir principalement comment mettre en place la troisième option c’est-à-dire mieux vivre avec le stress pour diminuer vos céphalées de tension. Je vous donnerai aussi quelques suggestions pour les deux autres solutions.

 

Une réaction saine 3 étapes face aux céphalées de tension lié au stress.

 

Étape 1 : Evaluer l’utilité du stress

 

Lorsque que le stress est présent dans votre corps, essayez d’identifier si celui-ci est vraiment nécessaire. Est-ce que votre cerveau n’a pas sur réagit ? Essayez d’avoir le recul suffisant pour choisir ou non la présence de stress en vous. Votre corps et votre cerveau sont vos alliés. Vous pouvez entretenir un court dialogue conscient avec eux. Des questions comme « es-tu sûr que c’est nécessaire ? » permet de relativiser et de prendre conscience de la situation plus profondément. Soyez curieux de votre réaction et bienveillant envers vous-même. 

 Je vous propose ce conseil car la plupart du temps, le stress n’est pas très utile. Il nous frêne plutôt que de nous dynamiser. Tout comme l’énervement et les plaintes ne changent souvent rien à la situation, le stress prolongé n’a pas d’intérêt. Il ne vient qu’obscurcir la possibilité d’avoir un jugement clair et objectif sur la situation. Faire de son mieux compte tenu des contraintes intérieures et extérieurs est la meilleure façon d’éviter de créer du stress.

 

Étape 2 : L’acceptation

 

Comme tout ressenti, le stress doit être observé, accueilli, compris. Pourquoi ressentez-vous ce stress ? Quel est le déclencheur ?

Ensuite, il convient de l’accepter totalement et de voir si vous avez la possibilité d’agir ou non pour corriger la situation. Prendre conscience de vos capacités et de votre champ d’action, de votre zone d’influence est indispensable pour avoir un rapport plus sain avec vous-mêmes et les évènements extérieurs. Diminuer l’exigence et le perfectionnisme s’ils sont toxiques pour vous.

Apprendre à s’écouter, à accepter vos limites est important pour ne pas pousser le bouchon et se faire du mal inutilement. Les céphalées de tension sont comme le frein à main d’une voiture. Ils nous incitent à nous calmer, à prendre conscience de certaines choses qui nous font du mal.

Si le stress ou la pression vous montent à la tête malgré tout, n’en faites pas un problème pour autant. Vivez avec, acceptez pleinement la situation. Observez la douleur de manière bienveillante, avec curiosité, sans négativité. En parallèle, il convient aussi d’ignorer la douleur, de ne pas lui donner trop d’importance. Elle est présente mais vous n’y faites pas tant attention que cela. C’est un jeu d’équilibriste.

Enfin, si vous parvenez à accepter le pire qui puisse se passer, vous serez libéré de l’anxiété. Même lorsque le pire a lieu, faites avec. Il y a toujours une action à mettre en place pour aller vers le mieux (aussi infime soit-elle).

« La vraie sérénité ne peut résulter que de l’acceptation de l’inévitable ».

 

Étape 3 : Agir

 

Si vous pouvez agir, faites-le, en toute conscience. Sinon, acceptez encore plus la situation et faites avec. Rien ne sert de rouspéter ou de ruminer. Lâcher prise mais soyez aux aguets si une possible action peut être mise en place. Soyez intensément dans le moment présent.

Faire de son mieux dans l’ici et maintenant permet d’éliminer toute anxiété et presque tout le stress que vous pourriez ressentir.

L’objectivité, la rationalité, avoir les pieds sur terre est la meilleure façon de diminuer énormément le stress.

Citation « L’important n’est pas de voir ce qui se profile confusément au loin, mais de faire ce qui est nettement à portée de main ».

 

Le meilleur état d’esprit pour diminuer le stress est de se dire que peu importe ce qui se passe, il y a aura toujours une solution (aussi infime soit-elle).

En ce sens, nous pouvons faire face à toute situation même si les conséquences seront plus ou moins favorables. Avoir confiance en sa propre capacité d’adaptation à trouver des solutions est primordial pour ressentir moins de stress. En parallèle, il faut avoir une acceptation profonde de toutes les situations qui se présentent à nous.

En tout cas, la clé pour ne pas souffrir ou beaucoup moins est et restera d’accepter totalement, inconditionnellement la situation intérieurement. C’est le moyen de pas créer de pensées ou d’émotions désagréables qui pourront créer des douleurs par somatisation. Cette tournure d’esprit vous apaisera mais implique aussi un trop grand lâcher prise qui peut nuire à l’idée d’apporter un changement concret aux situations. C’est un des prix à payer si vous souffrez de céphalées de tension chroniques très handicapant.

 

Quelques questions à se poser pour faire face au stress :

 

-Quel est le problème ?

-Quelles sont les causes du problème ?

-Quelles sont les solutions possibles ?

-Quelle est la meilleure solution ?

 

Avoir un esprit orienté résultats, solution est la meilleure façon d’endiguer le stress (même si c’est plus facile à dire qu’à faire).

Étape 4 : Diminuer la source du stress ou augmenter ses propres capacités

 

Bien que gérer le stress soit un moyen efficace d’obtenir des résultats, faire un travail contextuel et de fond sont deux autres options à envisager.

Est-ce que votre environnement est toxique pour vous ?

Est-ce que votre vie ne vous laisse pas une seconde de répit ?

Ces questions doivent être considérées sérieusement quand on souffre de céphalées de tension. Ces derniers sont souvent une indication, un indice à creuser.

 

Par ailleurs, augmenter ses compétences personnelles est une autre méthode pour diminuer l’occurrence du stress dans votre vie. Plus vous aurez un haut niveau de développement personnel et de maîtrise de vous-même, moins le stress paraîtra insurmontable et problématique dans votre vie.

 

Étape 5 : Des exercices concrets pour apaiser le stress instantanément en moins de 5 min

 

La méditation

 

Prendre le temps de se poser, d’être conscient de nous-même et de ce qui nous entoure (moment présent) est très efficace pour s’apaiser et prendre du recul. Ce court arrêt permet d’évaluer objectivement la situation et d’évalue les meilleures options d’actions pour avancer dans la bonne direction. La méditation permet d’avoir plus de clarté sur les situations afin de prendre de meilleures décisions. Le brouillard mentale et émotionnel empêche d’être objectif et rationnel sur les situations. La méditation, au contraire, favorise un sentiment de paix. La confusion est la raison principale du stress.

Vous pouvez tout à fait faire cette méditation en marchant (dans la nature). Prenez alors le temps d’être à l’écoute de vos ressentis et des éléments à l’extérieur avec vos sens.

 

Les respirations profondes

 

Inspirer et expirer profondément pendant plusieurs secondes est un moyen très efficace de diminuer drastiquement le stress. En agissant ainsi, vous activez le système nerveux parasympathique favorable au relâchement et à la détente. C’est un réflexe, une habitude à prendre quand vous avez l’impression d’être dépassé par les évènements

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.